banner

🗞️ PrĂ©parons 2023, annĂ©e de l’immobilier ou du financier ?

🗞️ Préparons 2023, année de l'immobilier ou du financier ?
Sommaire

Dans mon mĂ©tier, j’échange beaucoup avec des interlocuteurs qui font la chaĂ®ne de distribution. Que ce soit le fournisseur (promoteur, sociĂ©tĂ© de gestion,…), le confrère (rĂ©seau de ventes, indĂ©pendants,…) ou mĂŞme le rĂ©fĂ©rent (notaire, banquier, courtier…), il est toujours intĂ©ressant de prendre le pouls du marchĂ© Ă  chacun de ses Ă©tages. Dernièrement, je discutais avec un ami, confrère, et nous en sommes venus Ă  parler de 2023.

Les embûches de 2022

2022 n’est pas encore fini mais on voit déjà des tendances se dessiner et pour le moment l’immobilier n’est pas en odeur de sainteté. Il faut dire que depuis la Loi Pinel, De Normandie, ou Cosse, il n’y pas eu de grandes évolutions. Souvent l’immobilier permet de dynamiser le marché de l’investissement. On permet à des personnes de pouvoir devenir propriétaires ou bien de jouer de l’effet de levier de la dette.

Durant les deux dernières années, la sensation pour beaucoup est que les règles étant très strictes, elles freinent l’accession à la propriété pour certains. Les personnes qui commercialisent de l’immobilier neuf en résidence principale sur la région Ile de France, pourront vous le dire, le marché en 18 mois a fortement évolué. Est-ce une régulation ou bien un changement total de prisme, pour le moment personne ne le sait mais le dernier semestre nous en apprendra plus.

đź’¸
Investissez dans les meilleurs placements financiers

C’est ainsi qu’on peut voir que le marché de l’immobilier en général n’est pas aussi puissant que les années précédentes. Nous verrons bien le volume de ventes en fin d’années, sur le marché global, mais il est fort à parier que le volume d’investisseurs aura diminué. Le premier effet des normes HCSF, puis du taux d’usure qui en période d’augmentation des taux, reste en décalage.

🗞️ Préparons 2023, année de l'immobilier ou du financier ?

Cela crée un effet ciseaux qui vient diminuer la fenêtre potentielle pour obtenir son prêt immobilier. On voit de plus en plus de crédits qui se voient donc refuser pour la notion d’usure ou bien même de l’endettement. Ajoutons à cela, le pourcentage  d’apport qui semble être aux alentours des 20 %, le cocktail semble explosif. Mais l’immobilier a souvent plus d’un tour dans sa manche. Je pense que d’ici peu nous entendrons parler d’évolutions fiscales…

S’ensuit le domaine du financier, et lĂ  il va falloir que les solutions soient intĂ©ressantes. Avec une inflation qui dĂ©passe les 5,5 %, pour le moindre Ă©pargnant, avoir un placement qui est supĂ©rieur Ă  ce taux devient très compliquĂ©. Oui, le taux du Livret A a augmentĂ© Ă  2 %, mais cela reste bien infĂ©rieur Ă  l’inflation. Oui, la BCE a relevĂ© ses taux directeurs de 0,5 % soit 50 points de base, mais l’impact sur les fonds euros ne sera pas immĂ©diat. Du coup il va falloir ĂŞtre Ă  mĂŞme de trouver des solutions pour que les Ă©pargnants ne s’appauvrissent pas. 

C’est souvent une course sur du long terme, dans le domaine financier, voire quasiment tout le temps. Sur des échéances courtes, on peut difficilement avoir de la rentabilité sans avoir de risques. La plupart des épargnants aujourd’hui, ont moins d’appétence à la notion de risque, voulant protéger leur épargne. Du coup en lisant cela on peut se demander ce que sera 2023 ou bien même notre métier…  

Que donnera l’annĂ©e 2023, Immobilier ou Financier…

Serais-je toujours CGP en 2023 ?

Evidemment que oui, mais pour certains la question peut se poser. Ce que j’ai pu noter dans notre mĂ©tier c’est que de plus en plus, les clients veulent avoir un conseil large, neutre et transparent. Il faut dire qu’avec internet ils ont une source d’informations consĂ©quentes, mais est-elle de qualitĂ© ? 

J’ai de plus en plus la sensation que dans les années à venir, le CGP ou Conseiller devra avoir un large spectre de solutions et de compétences. Bien plus que ce qui se faisait dans le passé. Certaines personnes étant plutôt tournées produits financiers, d’autres produits immobiliers, demain il faudra maîtriser toutes les casquettes.

Cela me convient, d’une part je trouve que le fait de pouvoir parler, échanger et conseiller 90 % des solutions qui sont sur la place, donne un gage de neutralité. Oui, élargir son prisme de solutions, c’est permettre à son client d’avoir le meilleur conseil. Les “distributeurs”, ceux qui ne conseillent qu’une seule solution ou un seul produit, auront de plus en plus de mal, à mon sens, à performer sur ce marché très concurrentiel. L’autre face de ce côté positif, c’est qu’il faudra former les équipes de plus en plus, mais cela est-il négatif ? A mon sens, avoir une équipe qui est formée à toutes ces solutions, c’est permettre à celle-ci d’avoir toutes les capacités à optimiser la situation de ses clients.

D’autre part, en élargissant son spectre de solutions, cela permet aussi de donner beaucoup plus d’échanges avec le client. On ne va pas lui parler de tout, mais il est intéressant de pouvoir jongler entre de la prévoyance, du développement de patrimoine ou bien même de la fiscalité. Il existe tellement de solutions, qu’il est quasiment impossible de ne rien pouvoir optimiser chez un client que l’on rencontre. 

Les tendances pour 2023 ?

En regardant le marché aujourd’hui, et le développement de certains acteurs, on peut se dire que 2023 sera tout de même une année intéressante, mais elle va nécessiter la remise en questions de certaines pratiques. Pour ma part, je pense que 2023 sera toujours une année où l’immobilier et le financier feront bon ménage dans les cabinets en gestion de patrimoine. 

Concernant l’immobilier, les freins principaux sont :

C’est ainsi que des acteurs continueront toujours de proposer de l’immobilier à des personnes qui ont une capacité à faire (SCPI, LMNP, Ancien, Neuf, …) et dans le même temps on verra apparaître de plus en plus de sociétés qui permettront l’accès à ce produit sous forme de parts. Je pense par exemple à ces sociétés qui font des cessions de Royalties. Pour une part à X €, vous toucherez une partie du loyer… On peut voir que certaines collectes à plusieurs millions d’euros se font en quelques minutes, le marché est donc prêt. J’ai pu voir que la réglementation avait maintenant un volet Européen, mais je reste toujours dans l’attente de voir sous quel statut ces plateformes sont régies.

Aurons-nous peut-être aussi une nouvelle loi fiscale afin de dynamiser le marché de l’immobilier neuf. Les deux ministres sont en place depuis peu, nous verrons bien au dernier trimestre s’ils prennent conscience des freins qui peuvent être présents sur le marché. Mais je parle du neuf, nous avons aussi les normes sur les passoires thermiques, il faudra voir la mise en place et la capacité des propriétaires à faire des travaux dans les communs si nécessaire.

Concernant le financier, les épargnants ont toujours une forte volonté à mettre de l’argent de côté. L’inflation fera sans doute puiser certains dans les bas de laine, mais la plupart continueront d’épargner à un rythme soutenu. Assurance vie, PEA, Girardin, Vin, … Toutes ces solutions peuvent être intéressantes, et elles seront de plus en plus au centre de certains échanges. Il va falloir dans tous les cas optimiser les flux et capitaux de nos clients pour leur permettre d’avoir une rentabilité intéressante. 

Trouver les meilleures solutions financières

Ma vision pour 2023 

Ma vision c’est qu’il va falloir que chacun développe ses compétences et capacités. Les cycles commerciaux seront plus longs, mais cela sera bien plus intéressant pour le client. Des échanges où se mélangeront audit approfondies, et pédagogies financières. Pour ma part, je me forme de plus en plus sur différents domaines. Il faudra maîtriser dans le temps tous les aspects des solutions qui existent mais aussi les évolutions fiscales et patrimoniales de nos clients. Après tout, ceci est l’essence même de notre métier…

De plus, compte tenu de ce temps de formation, d’information, de relation clientèle, j’ai aussi la sensation qu’il va falloir mutualiser certains domaines afin de pouvoir être performant. Dans notre métier, il y a des tâches qui pourraient être optimisées :

  • RĂ©glementaire
  • Veille
  • Suivi
  • Gestion
  • Webmarketing

Toutes ces tâches qui font que l’on passe environ 50 % de son temps seulement avec le client. Le reste étant des tâches nécessaires, réglementaires, mais j’en suis sûr optimisables. 2023, sera donc sous le signe du client, et du temps à lui consacrer. Il est important de pouvoir donner un service qui soit de qualité. 

Je ne choisis donc ni l’immobilier ni le financier, je choisis le client, et la qualité de service à lui donner. En faisant cela, on va élargir le spectre du possible, donner de plus en plus de sens à nos rdv, et enfin avoir une relation de confiance plus forte. J’ai donc envie de dire, vive 2023 !

Abonnez-vous Ă  la Nyko’s Newslettter

Nicolas
Nicolas

Nicolas est spécialisé en Gestion de Patrimoine et est le CEO de Nyko.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=68277445151b52893b57b91b6b]

Recevoir les meilleures opportunités financières

Recevoir le Guide Financier 2022

Prends en main ton patrimoine