banner

Devenir rentier avec un Airbnb au Pays-Basque ? C’est dead đź‘Ž

Devenir rentier avec un Airbnb au Pays-Basque ? C'est dead đź‘Ž
Sommaire

Il y a de cela quelques jours je citais la ville de Saint-Malo qui a mis en place une politique de quota afin d’arrêter l’envolée de l’investissement Airbnb. Il faut dire que la ville avait plus de nuitées que Bordeaux, ce qui paraît tout de même surprenant. Maintenant il va falloir respecter les quotas mis en place, quitte à ne plus pouvoir louer son bien. Au Pays-Basque on suit une direction identique mais un chemin différent.

Airbnb de moins en moins Ă  la mode des Maires

Les Maires de plusieurs communes suivent la gronde populaire et mettent en place des mesures pour contrer l’investissement purement locatif Airbnb. Elles ne visent pas la plateforme directement mais plutôt les logements qui se destinent à une location touristique seule. Il faut dire que dernièrement le visage de plusieurs villes a changé. On peut s’en apercevoir assez facilement, baladez vous par exemple dans une ville balnéaire au mois de Mars, beaucoup de volets seront fermés.

Trouver les meilleures solutions immobilières

Cela ne serait pas un souci, si les habitants locaux pouvaient se loger. Mais en faisant en même temps un tour sur leboncoin, on peut voir que le volume de logements disponibles à la location à l’année reste très faible. Cela crée donc des tensions, les personnes travaillant sur place devant aller de plus en plus loin pour se loger. Une segmentation s’organise donc et rend ces villes, de plus en plus dortoirs à touristes.

Devenir rentier avec un Airbnb au Pays-Basque ? C'est dead đź‘Ž-

Prenons l’exemple de Biarritz, 25 787 habitants recensés en 2019, avec un volume de biens à la location à l’année de 24 contre 4 099 en location courtes durées disponibles sur Airbnb. Le ratio fait tout de même peur, on est quasiment 170 entre les deux. On peut donc facilement comprendre la grogne des “locaux” qui, en plus de voir leurs vagues squattées par certains touristes (un article a fait du bruit dernièrement sur la guerre des surfers), ont de plus en plus de mal à se loger.

Le Pays-Basque tente de maîtriser les investissements Airbnb ou en location saisonnière

La réponse de 24 villes du Pays-Basque

Cette grogne a été rapportée dernièrement par le journal télévisé de France 2. En se promenant à Saint-Jean-de-Luz, des dizaines de volets sont fermés, la ville comptant plus de 40 % de résidences secondaires. Une habitante affirme même avoir du mal à se loger, son immeuble comptant 35 appartements, et seulement 5 locataires à l’année.

24 villes du Pays-Basque ont donc décidé de frapper fort avec une solution qu’ils estiment proportionnée. A la différence de Saint-Malo, ils ne placent pas des quotas par quartiers, mais à partir du 1er Juin, il sera très compliqué de proposer un logement meublé Airbnb (meublé touristique). La règle est simple, soit les propriétaires bailleurs qui souhaitent mettre en place une location meublé touristique disposent dans la même ville, et avec les mêmes caractéristiques de surface un logement loué à l’année, soit il ne leur sera possible de le faire qu’à la condition d’un bail étudiant sur 9 mois, et 3 mois en saisonnier.

En résumé, vous avez acheté un appartement à Biarritz de 40 mètres carrés que vous souhaitez mettre en location meublée saisonnière de type Airbnb, deux solutions :

  1. Vous disposez d’une autre appartement de 40 mètres carrés sur Biarritz qui est loué à l’année
  2. Vous mettez en location étudiant le bien sur 9 mois, puis pendant 3 mois en location saisonnière

Vous ne voulez pas vous conformer à ces deux solutions, la réponse est simple, vous n’avez plus le droit de louer en location saisonnière. Assez radical mais cela pourra peut être faire bouger le marché. Le souci est donc pour les personnes qui ont une résidence secondaire et qui la mettent en location Airbnb par moments, cela sera donc impossible.

Les chiffres là aussi ont fortement augmenté, le nombre de locations touristiques a augmenté de 150 % en seulement deux ans. Cela repousse ainsi les habitants à l’année sur des zones plus éloignées du centre ville qu’elles ne le voudraient. De plus les prix augmentent en relation avec la rentabilité potentielle, celle-ci n’étant plus la même, les prix pourraient stagner voire diminuer… Cette règle doit s’appliquer aux nouvelles demandes de mise en place de location saisonnière, mais rien n’interdit la mairie d’aller plus loin dans le temps. 

Donc pour les personnes qui ont investi au Pays-Basque pour devenir rentier avec de la location Airbnb, cela va être de plus en plus dur. Je mentionne le Pays-Basque mais de plus en plus de mairies prennent des dispositions pour freiner ce marché en pleine explosion.

L’arrêté pour le moment suspendu

Pour le moment l’arrêté est suspendu par le Tribunal de Pau saisi par 50 requérants, celui-ci mettant en avant qu’il paraît compliqué de pouvoir appliquer ce système de compensation, au vu du nombre de logements disponibles. Selon les juges, les éléments fournis par les 24 communes du Pays-Basque « ne permettent pas d’établir que la pénurie alléguée serait d’une telle ampleur qu’elle ferait obstacle à ce que de nombreuses personnes puissent se loger ».

C’est très surprenant de voir un tel commentaire, quand on sait que pour trouver un logement il faut plus de 8 mois selon certaines de ces 24 villes. On parle tout de même d’un volume de 16 000 logements saisonniers dans ces 24 villes, ce qui est très important. Pour autant, cela est juste suspendu pour le moment, dans les prochaines semaines nous allons assister à une guerre de chiffres et de déclarations. Mais si Saint-Malo a pu trouver et mettre en place le système des quotas, il ne faut pas rêver et croire que rien ne se passera au Pays-Basque, la forme sera différente, mais le fond sera identique, une volonté de freiner voire stopper le Airbnb sur place.

 

Simulation

Simuler votre RĂ©duction d’ImpĂ´ts

Nicolas
Nicolas

Nicolas est spécialisé en Gestion de Patrimoine et est le CEO de Nyko.

1 Comment

  1. Ping:Devenir rentier avec un Airbnb au Pays-Basque ?...

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=68277445151b52893b57b91b6b]